Actualités  |  22.06.2020


Impact du Covid 19 sur le marché bois tropical

Pour les informations sur l’avancement de la propagation et la situation sanitaire : https://www.worldometers.info/coronavirus/

Nous vous apportons ici, et continuerons à le faire au cours des prochaines semaines, les informations fournies par nos membres et partenaires concernant le marché bois tropical et les activités des entreprises d’Europe, d’Afrique et d’Asie.

INTERNATIONAL

La FAO organise la « Semaine Webinaire des forêts sur le COVID-19 » qui aura lieu du 22 au 25 juin 2020. Il a pour but de reconstruire en mieux : les contributions du secteur forestier à la reprise après la pandémie de COVID-19.

OBJECTIFS :

  • évaluer les impacts des pandémies sur les populations et les forêts;
  • identifier et discuter des réponses possibles qui aideront à atténuer les impacts sur les populations et les forêts et à remédier à la situation à court terme tout en contribuant à la construction d’un avenir plus résilient et durable;
  • proposer des étapes de suivi, notamment un dialogue politique et une mobilisation de ressources et des actions qui permettront au secteur forestier de mieux contribuer à reconstruire des sociétés durables et résilientes (reconstruire en mieux).

Consultez le programme détaillé.


ALLEMAGNE

Le gouvernement apportera un soutien financier pour encourager la gestion durable des forêts ainsi que la numérisation de la sylviculture. L’aide sera également utilisée pour « des investissements dans des machines et des équipements d’exploitation modernes » et pour « la promotion d’une industrie du bois moderne, y compris l’utilisation accrue du bois comme matériau de construction ».

La Fédération allemande des scieries et de l’industrie du bois (DeSH) considère les décisions du comité de coalition comme révolutionnaires. « Avec un plan de relance de 130 milliards, qui ressemble en partie à un nouvel accord de coalition entre les trois partis au pouvoir CDU / CSU et SPD, le gouvernement fédéral essaie non seulement d’amortir les effets de la crise du coronavirus, mais aussi avec d’importants investissements dans des domaines durables et respectueux du climat en Allemagne pour les préparer à l’avenir », déclare le directeur général de DeSH, Lars Schmidt.


AFRIQUE

« Le coronavirus se répand sur le continent africain, où la situation évolue rapidement. Alors que de nombreux gouvernements d’Afrique subsaharienne ont pris des mesures pour contenir la propagation de la pandémie, la désorganisation des chaînes de valeur et des productions nationales qui en découle, conjuguée à une demande extérieure en berne, à l’effondrement des prix des produits de base et aux perturbations infligées à des secteurs clés comme le tourisme, mettent en péril les emplois et les moyens de subsistance des populations de la région. »

Consultez :

Le rapport de la première conférence « DES DIRECTEURS EXÉCUTIFS DES AIRES PROTÉGÉES »,  qui s’est tenue du 22-23 avril 2020 souligne l’enjeu crucial de la conservation de la biodiversité pour garantir les moyens de subsistance et la vie humaine.

M. Kaddu Sebunya, le directeur général de l’AWF, a fait observer « que le COVID-19 avait mis en évidence les nombreuses faiblesses structurelles des économies africaines, en mettant à rude épreuve les systèmes de santé et d’autres services fondamentaux tels que l’eau et la sécurité alimentaire, tout en révélant à quel point la biodiversité et les écosystèmes étaient essentiels pour la santé de l’humanité et pour réduire la probabilité de futures pandémies. »

Consultez la publication du PFBC le 5 juin 2020.

Le changement des conditions de travail et les perturbations provoquées par la pandémie bouleversent de manière générale l’organisation et le bon déroulement des activités du secteur forestier avec des répercussions considérables sur l’équilibre social, économique et environnemental : emplois, source de revenus, ressources en matières premières etc.

Les effets négatifs du COVID-19 et les répercussions considérables sur l’équilibre social, économique et environnemental mettent en péril la production et le commerce des produits forestiers essentiels et fragilisent les moyens de subsistance de la population locale.

La contribution multiforme du secteur forestier à des objectifs de développement plus larges témoigne du rôle central que les forêts jouent dans la reprise sociale et économique post-crise.

La lutte contre la déforestation et la dégradation des forêts, notamment à travers la gestion légale et durable des forêts, représente un enjeu crucial dans l‘atténuation du changement climatique et la conservation de la biodiversité, permettant de garantir le rôle social, économique et environnemental des forêts.

A l’heure où le déconfinement progressif est en cours dans la plupart des pays d’Afrique, l’état d’urgence sanitaire est toujours d’actualité. Les plans de déconfinement établis ont pour but de trouver un équilibre fragile entre protéger des vies tout en atténuant les effets économiques et continuer à éradiquer la propagation du virus.

Si cette situation invite le secteur forestier à redoubler d’efforts pour assurer la gestion légale et durable des forêts, elle appelle également des mesures adaptées permettant au secteur forestier de garantir le rôle social, économique et environnemental des forêts.

Par ailleurs, dans la dynamique d’une économie plus durable, la commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), a organisé une réunion virtuelle pour lancer le processus d’harmonisation et consolidation des plans directeurs d’industrialisation et de diversification économique d’Afrique centrale (PDIDE/Afrique Centrale) le 17 juin 2020.

Elle a réuni les hauts fonctionnaires désignés des ministères du plan, de l’économie, de l’industrie, des finances, des affaires étrangères et de l’intégration régionale des onze pays suivants : l’Angola, le Burundi, le Cameroun, le Congo,  le Gabon, la Guinée Equatoriale, la République Centrafricaine, la République Démocratique du Congo, la République de Sao Tomé et Principe, le Rwanda et le Tchad.

« L’idée du PDIDE nouvelle génération en Afrique centrale est née du constat que malgré leurs fortes dotations en ressources naturelles et humaines, les économies d’Afrique centrale n’ont jamais été assez industrialisées ou diversifiées pour garantir une croissance inclusive, pourvoyeuses d’emplois et menant au développement durable. Ces pays ont plutôt subi, à plusieurs reprises, des chocs économiques exogènes liés aux fluctuations de prix des matières premières qui constituent leurs produits d’exportations majeures depuis les années d’Independence. Les ondes d’autres chocs, y compris celle du COVID-19, ne font pas exception. »


CONGO

L’état d’urgence sanitaire a été prolongé jusqu’au 20 juin 2020.

Les déplacements des habitants de Brazzaville et de Pointe-Noire d’une ville à une autre et aussi vers les autres localités du pays sont toujours interdits.

Depuis la levée progressive du confinement, pour certaines entreprises les activités reprennent de manière excellente, avec tous les employés qui sont restés à proximité à proximité de leur lieu de travail. Les employés qui ont fait le voyage à Brazzaville ne sont pas encore revenus en raison de l’extension de l’état d’urgence sanitaire.

La plupart des scieries sont toujours fermées.

Le flux des exportations est au ralenti, avec le confinement, les effets du Covid-19 ont affecté le stockage et l’évacuation du matériel. Toutefois, le risque d’interruption des exportations de grumes est limité.

Le plus gros problème à l’heure actuelle est d’ordre logistique, notamment en ce qui concerne la fourniture d’équipements et les importations.

Les principales préoccupations sont de savoir si la reprise de la demande de bois tropicaux sera rapide dans la période d’après-crise, la capacité de production.

S’agissant de l’accompagnement aux entreprises, le Comité national du dialogue social qui s’est réuni pour une session spéciale le 11 juin à Brazzaville sous la direction du Premier ministre, Clément Mouamba, a soulevé plusieurs recommandations visant à renforcer les mesures de lutte contre la pandémie de Covid-19 afin de pouvoir relancer rapidement l’économie nationale, notamment la mise en œuvre effective et intégrale des mesures d’accompagnement des entreprises contenues dans la loi des finances rectificative ainsi que la circulaire du 16 avril 2020 du ministre des Finances et du Budget. « Le gouvernement a, par ailleurs, présenté les différentes mesures de soutien aux entreprises et à l’emploi déjà prises et à prendre aux plans économique, fiscal, douanier et financier. »

ONU CONGO a publié un flash info spécial concernant l’impact du COVID-19.

CAMEROUN

Le ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), Jules Doret Ndongo, a reçu les doléances des entreprises forestières le 27 mai 2020 à Yaoundé, par l’intermédiaire de Giogio Giorgetti, le président du Groupement de la filière bois du Cameroun (GFBC).

Avec la récession qu’a connue la Chine (grand consommateur mondial de bois) en début d’année à cause du Covid-19, «la situation du secteur forestier s’est aggravée», a déclaré le représentant syndical des opérateurs forestiers. Parmi les doléances, il est fait état des difficultés suivantes : «En interne, face à la pandémie, ceux-ci ont procédé à des licenciements du personnel ou à des rotations du personnel tout en diminuant les heures de travail pour les mieux lotis. A ceci s’ajoute une baisse considérable de la production ou de l’abattage des arbres. Ce qui n’est pas sans conséquence en matière de paiement de la redevance forestière annuelle (Rfa) en contrepartie de l’exploitation des Unités forestières d’aménagement (Ufa


CHINE

Émergence d’un nouveau foyer à Pekin: Depuis la semaine dernière dans la capitale, une centaine de nouveaux cas de Covid-19 ont été recensés. L’émergence d’un nouveau foyer laisse craindre une deuxième vague épidémique.

Le président chinois, Xi Jinping, a présidé ce 17 juin 2020, par visioconférence, le sommet extraordinaire Chine-Afrique sur la solidarité contre la Covid-19. La Chine entend renforcer la solidarité et la coopération avec l’Afrique (Texte intégral du discours du président Xi Jinping).