Mettre en place des formations aux métiers de la forêt et du bois

En développant les connaissances et les compétences des populations locales en matière de gestion des forêts et de transformation du bois, nous pouvons assurer la survie des forêts tropicales pour les générations futures.

Correspondance ODD

Cet engagement Fair&Precious répond à l'objectif de développement durable N° 8 des Nations Unies.

Objectif 8 : Travail décent et croissance économique

La gestion durable des forêts (GDF) et la certification forestière (FSC ou PAFC/PEFC) demandent la mise en place d’une politique rigoureuse de formation continue des travailleurs des sociétés d’exploitation et de transformation du bois. En particulier, les formations proposées au personnel doivent aborder les principes et pratiques de durabilité (Aik & Tway, 2004), dont l’aménagement forestier  et l’exploitation forestière à impact réduit (EFIR) (Medjibe et al., 2011). Ces mesures permettent d’optimiser la production de bois tout  en minimisant les dégâts aux écosystèmes forestiers (Bacha & Rodriguez, 2007). La formation des travailleurs aux pratiques EFIR concerne notamment l’abattage contrôlé et la planification optimale des pistes de débardage, ce qui permet  de limiter de plus de 50% les dommages collatéraux comparativement aux techniques  traditionnelles (Putz et al., 2008). En outre, la GDF suppose la formation de spécialistes aux compétences variées : sociologie du développement, inventaires de faune et de flore, cartographie et quantification des ressources, gestion et analyse de données, etc.

Diverses méthodes de formations sont mises en œuvre :  visites de terrain, présentations de vidéos, apprentissage assisté par ordinateur avec des éléments visuels, etc. (Aik & Tway, 2004). Des guides techniques illustrés servent de support lors de la formation de formateurs qui peuvent ensuite transmettre des connaissances précises aux travailleurs. Par exemple, des livres en accès libre sont  coproduits par l’association belge Nature+ et l’Université de Liège – Gembloux Agro-Bio Tech et accessibles gratuitement au: http://www.natureplus.be/publications/livres/. Ils sont  à l’interface de la science et de la vulgarisation en abordant l’aménagement durable, la gestion de la faune, l’identification des zones à haute valeur de conservation, la reconnaissance des arbres, la sylviculture.

Les gestionnaires sont fréquemment formés en collaboration avec des consultants extérieurs et des ONGs nationales ou internationales comme WCS (Wildlife Conservation Society), WWF (Worldwide Fund for Nature) ou ZSL (Zoological Society of London). Ces partenariats amènent une sensibilité et une expertise spécifiques et complémentaires (Connolly, 2006). Une plateforme de collaboration a aussi été initiée entre 29 institutions de formation forestière et environnementale d’Afrique centrale (réparties entre 9 pays), en formant le réseau RIFFEAC. Ce réseau est chargé du renforcement des capacités pour la filière forêt-bois via la formation, la recherche et la communication. En rassemblant les milieux professionnels et les institutions de formation, il permet d’améliorer l’employabilité et les qualifications des acteurs, tout en valorisant la filière économique (ATIBT, 2020).

La formation des acteurs du secteur forestier permet aussi de sensibiliser à terme les consommateurs, en associant les efforts des chercheurs, de la société civile, des sociétés forestières certifiées, des États et des acteurs locaux (Putz, 1994).

Intégrer les populations locales aux efforts de sensibilisation et de formation est crucial en périphérie des concessions forestières certifiées, afin de renforcer leur rôle actif de gardiens de la forêt (Bacha & Rodriguez, 2007; Secretariat of the Convention on Biological Diversity, 2009).

 

"Pour chaque arbre abattu manière conventionnelle [EC], dix à vingt autres sont gravement endommagés par des abatteurs et des conducteurs de machines non formés qui travaillent sans cartes détaillées ni supervision. De nombreuses études ont démontré qu'avec une planification appropriée des pistes de débardage, associée à une formation des travailleurs à l'abattage dirigé [dans le cadre de la GDF], 50 % ou plus de ces dommages collatéraux peuvent être évités"
(Putz et al., 2008)

 

  • Aussi souhaitable que soit la gestion durable des forêts, la mettre en place peut être une difficile. Il est donc crucial pour les entreprises qui veulent faire de la GDF une partie intégrante de leurs activités de bien former leurs gestionnaires aux principes et pratiques de durabilité (Aik & Tway, 2010)
  • La formation des travailleurs forestiers est reconnue comme une condition préalable nécessaire à la gestion durable des forêts (Tsioras, 2013).
  • La formation se traduit par une meilleure mise en œuvre des pratiques de gestion forestière recommandées (Romero et al., 2013).
  • En général, les personnes vivant à proximité des forêts communautaires certifiées FSC sont plus au courant des règlements forestiers, et leur sont également favorables, par rapport à ceux qui vivent à proximité des forêts non-FSC (Kalonga et al., 2015).

Partenaires

Olman Serrano, Président de l’ATIBT

Engagez-vous

Voulez-vous que les ressources forestières soient préservées?
Souhaitez-vous contribuer à aider les populations locales et à protéger la faune et la flore?
Voulez-vous nous aider à promouvoir un matériau durable doté de qualités exceptionnelles?

Partenaires Officiels Fair&Precious

Devenez Partenaire Officiel