Histoires  |  09.12.2020

Forêt tropicale :
les faits et les chiffres

Les forêts tropicales jouent un rôle clé dans le fonctionnement des systèmes environnementaux mondiaux. Par exemple, les forêts tropicales sont les principales régulatrices du climat, absorbant et stockant le carbone pour atténuer le changement climatique. La forêt tropicale fournit également de nombreux autres services écosystémiques, tels que la fourniture de nourriture, d'eau douce, de matières premières et de ressources médicinales (Mitchard, 2018; Nobre et Borma, 2009).

Télécharger le PDF (en anglais)

Combien de forêts tropicales y a-t-il sur Terre ?


Le monde a une couverture forestière totale de 4,06 milliards d'hectares, dont 1,8 milliard d'hectares (soit 45%) de forêts tropicales (FAO, 2020, p. 1). La figure 1 montre le couvert forestier mondial par les quatre domaines climatiques: tropical, boréal, tempéré et subtropique

 

Figure 1: Proportion and distribution of global forest cover by climatic domain in 2020 (FAO, 2020, pp. 1).

Figure 1 :
Proportion et distribution du couvert forestier mondial par domaine climatique en 2020 (FAO, 2020, p. 1).

Quel est le taux de déforestation tropicale par an ?


Depuis les années 1990, le taux moyen mondial de déforestation tropicale est de 0,5% par an. Cette perte de forêt a été principalement causée par l'expansion des terres agricoles et des zones urbaines (Achard et al., 2014; Lewis et al., 2015; Taubert et al., 2018; Seymour et Harris, 2019). Le taux de déforestation diffère cependant selon les continents et les pays. Plus de 80% du total se produit dans quatre pays seulement; Brésil, Indonésie, République démocratique du Congo et Malaisie (Seymour et Harris, 2019).
Dans le même temps, plusieurs pays sont classés comme «couvert forestier élevé et faible déforestation» (HFLD). Ces dernières années, le programme des Nations Unies pour la réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts (REDD +) a classé ce qui suit comme HFLD; Suriname, Panama, Colombie, Pérou, Belize, Gabon, Guyane, Bhoutan, Zambie et Guyane française (REDD +, 2007).

Quelle quantité de carbone est stockée dans la forêt tropicale ?


Le stock total de carbone d’une forêt est stocké dans cinq bassins de carbone différents: biomasse aérienne, biomasse souterraine, bois mort, litière et carbone du sol (Eggleston et al., 2006).

Le stock total de carbone de toutes les zones forestières tropicales d'Amérique du Sud, d'Afrique subsaharienne, d'Asie du Sud-Est et d'Océanie a été estimé à 247 gigatonnes de carbone (1 gigatonne = 1 milliard de tonnes), avec 193 gigatonnes stockées dans la biomasse aérienne et 54 gigatonnes stockées dans la biomasse souterraine (qui est du carbone stocké dans les racines) (Figure 2) (Saatchi et al., 2011). Pour mettre ces valeurs en perspective, sur la période 2012-2018, le total des émissions mondiales cumulées de gaz à effet de serre s'élevait à 51,8 gigatonnes équivalent CO2 (Olivier et Peters, 2020).

La biomasse stockée dans les différentes parties d'un arbre dépend de divers facteurs et diffère entre les espèces, mais peut être largement répartie entre les racines, 27%, le tronc, 32%, les branches, 31%, et le feuillage, 10% (Sinacore et al. , 2017). Ainsi, seulement 32 à 63% (tronc plus branches) du stock total de carbone par arbre est retiré de la forêt lors de la récolte du bois.

Les estimations des stocks de carbone des zones de forêts tropicales varient considérablement à travers le monde et le tableau 1 donne un aperçu, avec des valeurs variant entre le type de forêt et la région de 30 à 250 tonnes de carbone par hectare.



Figure 2 :

Carte avec le stock total de carbone estimé en mégagramme de carbone par hectare, stocké dans la biomasse aérienne et la biomasse souterraine (c'est-à-dire les racines, pas les sols) des zones forestières tropicales en Amérique du Sud, en Afrique subsaharienne, en Asie du Sud-Est et en Océanie (Saatchi et al. ., 2011).

Table 1 :
Estimations moyennes du stock de carbone des forêts tropicales dans le biome en tonnes de carbone par hectare (adaptées de Gibbs et al., 2007 et Ramankutty et al., 2007). Notez que ce tableau examine la masse de carbone, tandis que la masse de dioxyde de carbone (CO2) est 3,67 fois celle du carbone.

 

Quelle est la valeur monétaire des forêts tropicales ?


Les forêts tropicales sont des écosystèmes complexes qui fournissent de nombreux services écosystémiques différents. Ceux-ci contribuent au bien-être humain aux échelles locale, régionale et mondiale. Par exemple, à l'échelle locale, les communautés de l'Amazonie brésilienne récoltent des fruits de la forêt pour la consommation et sur une base commerciale. Cela se traduit par des avantages pour la santé et une augmentation des revenus. Un exemple à l'échelle mondiale est que les forêts tropicales sont d'importants puits de carbone, absorbant le gaz à effet de serre CO2 de l'atmosphère.

Bien que compliqués, les services écosystémiques peuvent être évalués en termes économiques. La valeur économique totale (c'est-à-dire la valeur de tous les services écosystémiques combinés) de l'ensemble du domaine forestier tropical mondial est estimée à 2 700 dollars EU par hectare et par an (Costanza et al., 1997). Avec une couverture forestière tropicale mondiale de 1,8 milliard d’hectares, la valeur totale s’élève à 4 860 milliards de dollars américains, également appelée «valeur économique totale» ou «valeur du capital naturel». Plus récemment, la valeur économique des zones forestières tropicales dans trois régions différentes, les Amériques (A), l'Afrique subsaharienne (B) et l'Asie et l'Océanie (C), a été estimée entre 0–300 et 6 000–9 000 dollars. par hectare et par an (Carrasco et al., 2014) (Figure 3).


Figure 3 :
Carte avec les valeurs économiques totales des services écosystémiques des zones forestières tropicales des Amériques (A), de l'Afrique subsaharienne (B) et de l'Asie et de l'Océanie (C) en dollars américains par hectare et par an (d'après Carrasco et al., 2014, p. 168).

Quelle superficie de forêt tropicale est actuellement gérée de manière durable ?


Actuellement, 6,5% de la superficie totale des forêts de production naturelles et semi-naturelles mondiales sous les tropiques sont certifiées gérées durablement (FSC ou PEFC et à l'exclusion des forêts de plantation) (IDH, 2019, p. 5).

Les zones forestières certifiées (FSC et PEFC) dont proviennent les produits du bois sont situées en Amérique latine, dans le bassin du Congo et en Asie du Sud-Est, avec :

  • Amérique latine: 3 508 000 hectares certifiés (3,8% de sa superficie forestière totale de production);
  • Le bassin du Congo: 4 494 000 hectares certifiés (11,4% de sa superficie forestière totale de production);
  • Asie du Sud-Est: 6 690 000 hectares certifiés (9,9% de sa superficie forestière totale de production).

Une demande accrue de bois tropicaux durables et vérifiés est nécessaire de toute urgence pour contribuer à étendre la gestion responsable des forêts dans les pays tropicaux.

Il est calculé que, si les sept principaux pays européens importateurs de bois tropicaux achetaient exclusivement du matériel durable vérifié, 12,5 millions d'hectares supplémentaires de forêt tropicale seraient soumis à une gestion durable pour répondre à cette demande (IDH, 2019).

 



1.
La déforestation est définie comme «la conversion de la forêt à d’autres utilisations des terres, qu’elle soit ou non d’origine humaine» (FAO, 2020).

2. Les pays avec plus de 50% de couvert forestier et un taux de déforestation inférieur à 0,22% par an sont considérés comme appartenant à la catégorie Haut couvert forestier, faible déforestation (HFLD), comme décrit par le REDD Desk. Les pays HFLD contiennent ensemble 20% de la forêt tropicale restante de la Terre et représentent 18% du carbone des forêts tropicales.
3. Il existe cependant une incertitude dans les valeurs rapportées par Saatchi et al. (2011). Cela varie de ± 6% à ± 53 selon l'emplacement.
4. IDH (2019). Débloquer la croissance durable du marché des bois tropicaux grâce aux données. Accessible en ligne sur :
https://www.idhsustainabletrade.com/uploaded/2019/11/IDH-Unlocking-sust-tropical-timber-market-growth-through-data.pdf



Références

  • Olivier, J.G., Schure, K.M. and Peters, J.A.H.W., Revised version 2020. Trends in global CO2 and total greenhouse gas emissions. PBL Netherlands Environmental Assessment Agency, 5.
  • Achard F, Eva H D, Mayaux P, Stibig H-J and Belward A 2004 Improved estimates of net carbon emissions from land cover change in the tropics for the 1990s Glob. Biogeochem. Cycles
  • Achard, F., Beuchle, R., Mayaux, P., Stibig, H. J., Bodart, C., Brink, A., ... & Lupi, A. (2014). Determination of tropical deforestation rates and related carbon losses from 1990 to 2010. Global change biology, 20(8), 2540-2554.
  • Armenteras, D., Espelta, J.M., Rodríguez, N. and Retana, J., 2017. Deforestation dynamics and drivers in different forest types in Latin America: Three decades of studies (1980–2010). Global Environmental Change, 46, pp.139-147.
  • Brown, S., Estimating Biomass and Biomass Change of Tropical Forests: a Primer.(FAO Forestry Paper-134) Sandra Brown.
  • Carrasco, L. R., Nghiem, T. P. L., Sunderland, T., & Koh, L. P. (2014). Economic valuation of ecosystem services fails to capture biodiversity value of tropical forests. Biological Conservation, 178, 163-170.
  • Costanza, R., d'Arge, R., De Groot, R., Farber, S., Grasso, M., Hannon, B., ... & Raskin, R. G. (1997). The value of the world's ecosystem services and natural capital. nature, 387(6630), 253-260.
  • DeFries, R.S., Houghton, R.A., Hansen, M.C., Field, C.B., Skole, D. and Townshend, J., 2002. Carbon emissions from tropical deforestation and regrowth based on satellite observations for the 1980s and 1990s. Proceedings of the National Academy of Sciences, 99(22), pp.14256-14261.
  • Eggleston, S., Buendia, L., Miwa, K., Ngara, T., & Tanabe, K. (Eds.). (2006). 2006 IPCC guidelines for national greenhouse gas inventories (Vol. 5). Hayama, Japan: Institute for Global Environmental Strategies.
  • FAO (2006) Global forest resources assessment 2005: progress towards sustainable forest management. Forestry paper 147.
  • FAO. 2020. Global Forest Resources Assessment 2020 – Key ¬Findings. Rome. https://doi.org/10.4060/ca8753en
  • Gibbs, H. K., Brown, S., Niles, J. O., & Foley, J. A. (2007). Monitoring and estimating tropical forest carbon stocks: making REDD a reality. Environmental research letters, 2(4), 045023.
  • Houghton, R.A., 1999. The annual net flux of carbon to the atmosphere from changes in land use 1850–1990. Tellus B, 51(2), pp.298-313.
  • IPCC 2006 IPCC Guidelines for National Greenhouse Gas Inventories. Prepared by the National Greenhouse Gas Inventories Programme ed H S Eggleston, L Buendia, K Miwa, T Ngara and K Tanabe (Japan: Institute For Global Environmental Strategies)
  • Lewis, S. L., Edwards, D. P., & Galbraith, D. (2015). Increasing human dominance of tropical forests. Science, 349(6250), 827-832.
  • Mitchard, E. T. (2018). The tropical forest carbon cycle and climate change. Nature, 559(7715), 527.
  • MyClimate (2020). Accessed online at co2.myclimate.org at 03/08/2020.
  • Nobre, C. A., & Borma, L. D. S. (2009). ‘Tipping points’ for the Amazon forest. Current Opinion in Environmental Sustainability, 1(1), 28-36.
  • Ramankutty, N., Gibbs, H.K., Achard, F., Defries, R., Foley, J.A. and Houghton, R.A., 2007. Challenges to estimating carbon emissions from tropical deforestation. Global change biology, 13(1), pp.51-66.
  • REDD+ (2007). Reducing Emissions from Deforestation and Forest Degradation. Accessed online at https://www.surinameredd.org/en/reddplus-suriname/ on 24/07/2020.
  • Saatchi, S. S., Harris, N. L., Brown, S., Lefsky, M., Mitchard, E. T., Salas, W., ... & Petrova, S. (2011). Benchmark map of forest carbon stocks in tropical regions across three continents. Proceedings of the national academy of sciences, 108(24), 9899-9904.
  • Seymour, F. and Harris, N.L., 2019. Reducing tropical deforestation. Science, 365(6455), pp.756-757.
  • Sinacore, K., Hall, J.S., Potvin, C., Royo, A.A., Ducey, M.J. and Ashton, M.S., 2017. Unearthing the hidden world of roots: Root biomass and architecture differ among species within the same guild. PLoS One, 12(10), p.e0185934.
  • Sodhi, N.S., Posa, M.R.C., Lee, T.M., Bickford, D., Koh, L.P. and Brook, B.W., 2010. The state and conservation of Southeast Asian biodiversity. Biodiversity and Conservation, 19(2), pp.317-328.
  • Taubert, F., Fischer, R., Groeneveld, J., Lehmann, S., Müller, M. S., Rödig, E., ... & Huth, A. (2018). Global patterns of tropical forest fragmentation. Nature, 554(7693), 519-522.