Actualités  |  23.10.2020

Vigilance vis-à-vis des contreplaqués chinois

Depuis le 21 septembre 2020, l'autorité compétente néerlandaise a ordonné à la société Sakol Nederland B.V. ("Sakol") de cesser d'importer, en violation du Règlement Bois de l'Union Européenne (RBUE), un produit de contreplaqué à face tropicale de la société Jiangsu High Hope Arser Co. Ltd.
Vigilance vis-à-vis des contreplaqués chinois

Arser est l'un des plus grands exportateurs de contreplaqué en Chine. Cette décision crée un précédent important dans l'effort visant à protéger les marchés européens contre l'importation de bois tropicaux illégaux et à hauts risques, dissimulés derrière des chaînes d'approvisionnement mondiales complexes. L'Agence d'Investigation Environnementale (EIA) salue l'application du RBUE par les Pays-Bas et appelle les autres pays européens qui ont été de grands importateurs du même type de produits, en particulier le Royaume-Uni, la Belgique, la Grèce et la France, à suivre cet exemple dans le cadre d'une approche bien coordonnée.

Les pays européens importent d'énormes quantités de contreplaqué du monde entier. Le contreplaqué est le quatrième type de bois importé en Europe (y compris au Royaume-Uni) en valeur depuis au moins 2015. En 2018, les pays de l'Union européenne ont importé pour 4,7 milliards de dollars US de contreplaqué, dont 12 % - la plus grande part - provenaient de Chine. Ce commerce est également très important pour la Chine : au cours de la dernière décennie, le contreplaqué a été la deuxième exportation de bois de la Chine vers l'Europe, juste après les meubles en bois.

Les chaînes d'approvisionnement en contreplaqué sont des exemples clairs du tournant mondial qu'a pris l'industrie du bois ces dernières années. Alors que le commerce direct vers l'Europe en provenance de pays à hauts risques a diminué, les voies indirectes ont proliféré, rendant les flux de bois illégaux et à haut risque de plus en plus opaques et souvent impossibles à tracer. Il est désormais courant de couper des arbres sur un continent, d'expédier les grumes vers un autre pour y être transformées et de réexporter le produit fini vers un troisième continent. Pour la plupart des produits en contreplaqué à face tropicale, les arbres sont coupés dans des forêts tropicales éloignées comme le bassin du Congo ou les îles Salomon, transformés dans des centres de fabrication asiatiques comme la Chine, puis placés sur les marchés européens.

Les pays européens ont, depuis des années, les importations de contreplaqué dans leur radar. Une enquête menée en 2015 sur les importations de contreplaqué en provenance de Chine par l'Office national de mesure du Royaume-Uni (UK National Measurement Office) a révélé que la majorité des importations n'étaient pas conformes au RBUE et que les systèmes de diligence raisonnée des importateurs étaient insuffisants. En 2016, l'autorité néerlandaise de sécurité des aliments et des produits de consommation (NVWA) a constaté que les entreprises qui importaient des meubles en bois provenant de chaînes d'approvisionnement complexes impliquant la Chine n'étaient pas conformes au RBUE.

Conformément au mandat des autorités néerlandaises, la société Sakol a deux mois pour cesser d'importer le contreplaqué à face tropicale fabriqué en Chine qui est en violation du RBUE. Lisa Handy, directrice des campagnes forestières de l'EIA, explique : "Cette décision est significative car elle porte un coup à la couverture protectrice que ces chaînes d'approvisionnement mondiales ont fournie aux bois tropicaux illégaux pendant des années. Elle montre que les autorités européennes sont à la hauteur du défi posé par la complexité des chaînes d'approvisionnement en bois".

L'ordonnance de cessation aux Pays-Bas crée un précédent pour le reste de l'Europe, car Arser a de nombreux clients dans la région, principalement au Royaume-Uni, en Belgique, en France et en Grèce. Lisa Handy explique : "Pour que l'Union européenne démontre qu'elle est vraiment sur un pied d'égalité, et si le Royaume-Uni ne veut pas devenir la porte de derrière pour le bois tropical illégal dans la région, la décision prise aux Pays-Bas devrait déclencher un effet domino dans toute l'Europe. Nous attendons avec impatience que d'autres autorités prennent des mesures similaires".

Alors que la Commission européenne procède à un contrôle de la pertinence et de l’efficacité du RBUE, la décision des autorités néerlandaises rappelle à point nommé que ce règlement, lorsqu'il est dûment mis en œuvre, est un outil puissant contre le commerce mondial de bois illégal. Le Royaume-Uni, la Belgique, la France et la Grèce doivent maintenant montrer comment ils utilisent au mieux cet outil pour lutter contre l'exploitation illégale des forêts tropicales, qui sont parmi les plus menacées au monde.

L'ATIBT et LCB rappellent enfin que les certifications FSC et PEFC constituent un rempart efficace contre les risques d’illégalité notamment vis-à-vis du RBUE. Pour plus d’informations vous pouvez-contacter Alessandra Négri, Responsable marchés et RBUE au LCB : a.negri@lecommercedubois.fr

 

                                ###

Contact : Lindsay Moran, responsable de la communication, EIA, lmoran@eia-global.org

Source : https://eia-global.org/press-releases/20200923-dutch-authorities-stop-chinese-plywood-import

Photo@ : EIA

Website : https://eia-global.org/