Actualités  |  27.11.2020

Retour sur les nouvelles orientations de la Réglementation Environnementale française (RE 2020)

Le 24 novembre 2020, le ministère français de la Transition Ecologique a annoncé les nouvelles orientations de la Réglementation Environnementale française RE2020 qui fera suite à la Réglementation Thermique (RT 2012) et entrera en vigueur à l’été 2021. Si les nouvelles orientations mettent en avant les matériaux bois dans la construction, nous appelons à la vigilance sur la progressivité des exigences de réduction des émissions carbone.

Retour sur les nouvelles orientations de la Réglementation Environnementale française (RE 2020)

Pour rappel, le secteur de la construction pèse pour 40 % de l’énergie consommée en Europe. En matière de réglementation thermique, la France fait figure de pionnière. Le projet DRYADES de l’ATIBT, basé sur les analyses de cycle de vie (ACV) des pré-produits et produits de construction en bois tropical, permet de s’y préparer. Afin d’avoir une vision européenne, nous allons aussi identifier les réglementations des Etats Membres relatives à l’impact carbone des bâtiments dans la construction.  

Un changement majeur : l’analyse de cycle de vie dynamique

La RE 2020 apporte un changement majeur concernant le calcul de l’analyse en cycle de vie (ACV). On parle dorénavant d’une analyse en cycle de vie dynamique. L’impact carbone sera calculé à travers tous les matériaux et équipements utilisés dans un bâtiment, tant lors des phases de construction que de démolition, attribuant un poids plus fort au carbone qui est émis aujourd’hui qu’au carbone qui sera émis plus tard.  Avec la réglementation thermique de 2012, 60 à 90% de l’empreinte carbone du bâtiment, calculé sur une durée de 50 ans, venait de la phase de construction des matériaux et des équipements. Désormais, la réglementation sera favorable à l’utilisation du bois puisque les seuils fixés permettront de conserver une logique de résultats et non de moyens, laissant aux constructeurs la liberté de choisir les matériaux et les techniques qu’ils souhaitent mettre en place de manière optimale.

Le bois et les matériaux biosourcés comme solution

Alors que les maisons à ossature bois représentent moins de 10 % du marché de la maison individuelle neuve en France et que la proportion d’usage de la structure bois est encore plus faible en logement collectif, ces décisions devraient rendre l’usage du bois et des matériaux biosourcés quasi systématique, y compris en structure (gros œuvre) dans les maisons individuelles et le petit collectif d’ici 2030.

Une transition progressive

Une transition progressive est attendue, avec une diminution d’au moins 30% pour les émissions GES de la construction d’ici 2030 par rapport à 2013. Les exigences environnementales augmenteront par palier par rapport à la situation actuelle (-15% de contenu carbone équivalent, exprimé en kgCO2eq/m², en 2024, -25% en 2027 et -30 à -40% en 2030). Cela augmentera le recours aux matériaux à faible empreinte carbone et notamment le bois et le biosourcé. L’enjeu essentiel pour la première phase 2021-2024 sera l’appropriation par l’ensemble de la filière de la méthode d’analyse en cycle de vie. Une évolution rapide est attendue pour les maisons individuelles, où la construction en ossature bois est déjà assez courante et compétitive. Pour les logements collectifs, les matériaux biosourcés seront vraisemblablement systématiques en second œuvre et très courants dans le gros œuvre, où les techniques sont plus traditionnelles.

Le projet DRYADES de l’ATIBT en réponse à la RE 2020

Pour se préparer au mieux à la méthode d’analyse cycle de vie, l’ATIBT a initié le projet « DRYADES » qui a pour but de créer des FDES (fiches de déclarations environnementales et sanitaires) pour les produits de construction en bois tropical. Les données des FDES seront utilisées pour calculer l’impact environnemental des nouveaux bâtiments pendant tout leur cycle de vie.

En effet, l’ATIBT et ses partenaires (LCB, Centrum Hout et potentiellement d’autres fédérations bénéficiaires du projet) souhaitent mettre en œuvre le projet « Dryades ». Ce dernier a pour objectif de valoriser les produits bois tropicaux dans le secteur de la construction en fournissant pour une gamme de produits certifiés dans le bassin du Congo, des Analyses Cycle de Vie (ACV) des pré-produits, des Déclarations Environnementales Produits (DEP ou EPD en anglais) et Fiches de Déclaration Environnementale Produits (FDES).