Actualités  |  04.02.2022

Décès de Franck Bisiaux

L’ATIBT fait part de ses plus sincères condoléances à sa famille et ses proches.

Décès de Franck Bisiaux

Franck Bisiaux n’a pas eu besoin d’autre diplôme que son BTS agricole pour mener une brillante carrière pendant plus de 20 ans en Afrique de l’Ouest et Centrale.

Il avait débuté dans les années 90 au Bénin par la gestion d’un centre de dressage dédié à la traction bovine dans le cadre d’un programme de la Coopération Internationale Allemande pour le développement (GTZ). Il avait ensuite saisi l’occasion d’entrer dans le privé en gérant sur place un garage, puis des activités d’extraction et d’exportation de pierres vers la France, activités ensuite élargies au Togo.

Son leadership naturel l’avait ramené vers le monde de la coopération et la Fondation Hanns Seidel en RDC à partir des années 2000 pour devenir Responsable de programmes d’agriculture et s’affirmer rapidement comme l’un des précurseurs du développement de plantations agroforestières à acacias en milieu paysan, sur le Plateau Batéké principalement (Province du Kwilu, ex Province du Bandundu) mais également dans les Provinces de Kinshasa, du Kongo central (ex Province du Bas-Congo), de la Tshopo (ex Province Orientale) et du Kasaï Oriental. Ces systèmes agroforestiers séquentiels (alternance de périodes où le sol est occupé par des plantations de légumineuses arborées et de périodes plus courtes où il est occupé par des plantations de maïs, puis de manioc) permettent d’intensifier les systèmes agricoles, de produire du charbon de bois afin d’économiser le recours aux carburants fossiles pour l’énergie domestique et de limiter les défrichements forestiers pour la culture itinérante sur brûlis, premier facteur de destruction des forêts naturelles en Afrique Centrale.

Franck Bisiaux a œuvré dans cette voie avec méthode, détermination, persévérance et modestie, en sachant concilier respect et implication tant des communautés locales que des autorités coutumières et étatiques. Son action de terrain étalée dans le temps a permis de déployer ce modèle agroforestier en démontrant qu’il répondait à des besoins réels et produisait des bénéfices pour les populations rurales mais aussi urbaines. Face aux défis lancés par les changements climatiques, ces itinéraires techniques agroforestiers durables constituent des solutions concrètes et ce, à tel point, qu’il a répondu à la sollicitation de la GiZ pour aller les mettre en place en Côte d’Ivoire où il s’était installé avec sa famille début 2020.

L’expérience acquise au fil des années et les réussites associées font qu’aujourd'hui ces pratiques, initialement soutenues par la recherche et par des projets d'aide au développement, sont devenues communes et attractives pour les investisseurs privés.

Fort de son expérience, Franck Bisiaux nous rappelle que la réussite des actions n'est pas seulement liée à la qualité des publications de recherche et des documents de projets, mais sont aussi dépendantes de ceux qui les mettent en œuvre.