Actualités  |  04.02.2022

Comment mettre fin à l'exploitation illégale des forêts en identifiant l’origine du bois ?

Une visite de World Forest ID à l’ATIBT nous a permis de connaitre cette approche intéressante.

Comment mettre fin à l'exploitation illégale des forêts en identifiant l’origine du bois ?

État des lieux

Pour lutter contre la déforestation et la dégradation des forêts dans le monde, il faut que les acteurs impliqués dans les chaînes d'approvisionnement mondiales aient les moyens de vérifier avec précision l’origine du bois et des produits agricoles liés à la déforestation.

Il existe des législations exigeant des organisations impliquées dans le commerce du bois qu'elles s'assurent de sa légalité, ainsi que de multiples systèmes de certification volontaires[1] conçus pour garantir que le bois provient de sources bien gérées. De nouvelles réglementations plus rigoureuses sont envisagées en Europe, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Tous les mécanismes de contrôle actuels reposent sur l'examen des documents décrivant la vente et l'achat de marchandises entre les organisations de la chaîne d'approvisionnement, car il y a peu à apprendre en examinant le bois lui-même. Avec les technologies modernes, il est facile de produire de faux documents, et le processus est sujet à erreurs. Il est facile de frauder sans se faire attraper.

World Forest ID résout ce problème en permettant de déterminer directement l'origine du bois. Grâce à des technologies de pointe, il est désormais possible d'utiliser les informations chimiques contenues dans les plantes pour identifier avec précision et fiabilité l'espèce et l'origine d'un produit, à partir d'un petit échantillon de matériau. Historiquement, le manque de disponibilité de données chimiques de références en matière de forêts et d’agriculture a freiné l'utilisation de ces technologies, parmi lesquelles l'analyse du rapport des isotopes stables (SIRA) et la spectrométrie de masse à analyse directe en temps réel (DART). Les forêts et les champs agricoles pourraient être utilisés pour mettre au point des références mondiales en constituant une sorte de « carte ». De telles cartes de référence permettraient de tester et de faire correspondre les produits à l'origine de leur culture.

Collecte d'échantillons

World Forest ID a besoin de beaucoup d'échantillons de référence. En règle générale, plus d'échantillons équivaut à de meilleures données, à une plus grande résolution et à une plus grande précision, mais à un coût plus élevé - pour la collecte et l'analyse. Il est également important de les collecter avec soin, en prenant note du type d'arbre et de l'emplacement précis. Chaque échantillon devra ensuite être envoyé à plusieurs laboratoires - clairement identifié et sans contamination - pour garantir la qualité des données.

World Forest ID a travaillé avec l'Université du Tennessee pour développer un logiciel spécifiquement destiné à soutenir le processus de collecte des échantillons de référence. L'outil fonctionne sur un smartphone et guide l'utilisateur tout au long du processus de prélèvement, tout en utilisant l'appareil photo et les fonctions de suivi GPS pour identifier et localiser l'arbre. Les collecteurs d'échantillons reçoivent également des sacs scellables et des étiquettes à code-barres uniques pour éviter toute contamination et garantir une identification correcte au laboratoire. Les collecteurs d'échantillons sont recrutés parmi les nombreux acteurs travaillant dans les forêts, notamment les auditeurs indépendants des systèmes de certification volontaire, les travailleurs forestiers, les membres des communautés forestières et les chercheurs.

Tous les échantillons de référence sont envoyés aux Jardins botaniques royaux de Kew (une organisation partenaire de World Forest ID) pour être traités. Kew jouit d'une réputation internationale dans le domaine des sciences végétales et abrite certaines des plus grandes collections de matériel végétal au monde, notamment la banque de semences du millénaire. Les chercheurs de Kew disposent d’une grande expérience de la réception, de la manipulation, de l'identification et du stockage du matériel végétal - une activité complexe qui nécessite des licences gouvernementales ainsi que des compétences et des connaissances hautement spécialisées.

Analyse et constitution de la base de données de référence

Tous les organismes vivants sont constitués des éléments de la "vie" - hydrogène, carbone, azote, oxygène - avec un peu de phosphore et de soufre. Dans les arbres, ces éléments sont formés en une grande variété de structures telles que la matière cellulosique (jusqu'à 75 % du total), la lignine (jusqu'à 35 % du total), les "matières extractibles" (jusqu'à 20 % du total) et les cendres (environ 1 %). Les proportions de chacun de ces éléments, ainsi que leurs structures spécifiques, sont révélatrices du type d'arbre - les chênes sont très différents des érables et des peupliers. Les techniques d'analyse modernes peuvent exploiter ces différences.

Ces substances chimiques sont toujours présentes dans les produits fabriqués à partir de plantes. Ces structures ont été "construites" par l'arbre - via la photosynthèse - en utilisant les sources locales d'éléments vitaux absorbés dans la terre, l'eau et l'air. La spectroscopie de masse utilise des électrons à haute énergie pour briser ces structures et former des fragments chargés électriquement. Dans des conditions contrôlées, des structures identiques se désagrègent de manière constante, produisant des modèles de fragmentation prévisibles et uniques. Étant chargés électriquement, les fragments peuvent être propulsés dans l'espace grâce à la force électromagnétique. Comme la vitesse à laquelle ils se déplacent est directement proportionnelle à leur taille et à leur charge électrique, il est possible de déterminer les structures d'origine du bois en mesurant le temps nécessaire à tous les fragments pour parcourir une distance donnée - leur "temps de vol". En outre, les sources locales d'éléments vitaux présentent des variations mesurables d'un endroit à l'autre, ce qui permet de déterminer où l'arbre a poussé, souvent à moins de 50 km près.

Capitaliser

World Forest ID a été créé pour rassembler tous les éléments nécessaires en un service mondial cohérent et fiable. De la conception du programme de collecte d'échantillons de référence à la mise en place d'un réseau mondial de laboratoires qualifiés, en passant par l'élaboration des conditions d'analyse des échantillons, les données de référence sont conservées à long terme en tant que "bien public" et mises à la disposition des acteurs de la chaîne d'approvisionnement mondiale, des autorités compétentes et des chercheurs du monde entier.

En effet, c'est la configuration de World Forest ID qui est si importante et fascinante. Il s'agit d'un projet de collaboration mondiale qui relie les technologies et les institutions existantes, en utilisant des techniques et des normes de données ouvertes pour fournir un service inestimable au bois mondial et à la Terre.

World Forest ID a constitué des collections d'échantillons de bois pour plus de 100 espèces provenant de 21 pays. Elle a étendu son travail à la collecte d'échantillons de soja, de cacao et de café afin de soutenir l'utilisation d'une traçabilité scientifique pour le bois et les produits de base à risque pour les forêts. La traçabilité du bois et de ces produits à l'aide d'isotopes stables fait partie de la législation envisagée par l'Union européenne. Il est donc important que les acteurs de l'industrie du bois comprennent comment ces technologies fonctionnent et où elles peuvent être appliquées.

Pour vous impliquer et en savoir plus sur les activités de World Forest ID, inscrivez-vous au prochain webinaire de présentation prévu le 2 mars à 16h, heure de Paris. World Forest ID sera heureux de répondre à toutes vos questions. Nous vous fournirons plus d’information dans une prochaine newsletter.

 

[1] Les systèmes de certification volontaire comprennent le Forest Stewardship Council (FSC), le Programme for the Endorsement of Forest Certification (PEFC), la Sustainable Forestry Initiative (SFI) et d'autres.