Actualités  |  10.04.2020


Les épidémies résultat d’un déséquilibre de la nature ?

L’agroforesterie permet de préserver la biodiversité et de lutter contre le dérèglement climatique, mais pas seulement …

Epidemics are the result of an imbalance in nature?

Emmanuel Torquebiau, chercheur en agroforesterie au CIRAD s’exprimait le 29 mars dans une tribune du journal le Monde : « L’arbre permet de relocaliser en tous lieux de la nature et du vivant »

Les changements climatiques et les pratiques agricoles industrielle favorisent les maladies qui affectent les plantes. A cela s’ajoute la déforestation globale qui provoque une dégradation des sols et un effondrement de la biodiversité. Réintroduire l’arbre en milieu agricole permet d’y remettre de la biodiversité et d’augmenter la résilience de l’agriculture.

La disparition du monde sauvage facilite les épidémies qui touchent l’humanité. Selon les chercheurs, plusieurs des maladies infectieuses trouvent leur origine chez l’animal sauvage par transmission ensuite à l’homme via un animal domestique. La réduction et la perturbation de l’habitat du monde sauvage entrainent une augmentation des liens avec le monde domestique et donc le risque d’infection. Concernant le COVID-19, les débats et recherches sur l’hôte intermédiaire sont toujours en cours, Serge Morand pense que l’origine de l’épidémie se trouve à chez des chauves-souris.

Voir l’article publié dans le Monde

Pour en savoir plus :