Actualités  |  08.10.2020

L’ATIBT interpelle à nouveau contre le commerce illégal du bois

Cette lutte est essentielle et a toujours fait partie des missions de l'ATIBT.

Même si ce commerce ne touche qu’une part faible en Europe, il faut l’éradiquer.

Comment lutter contre les acteurs du bois illégal en Europe ?

Nous savons tous que la lutte contre l’illégalité est un moyen efficace de réduire la déforestation. Or, trop de bois illégal est commercialisé dans le monde, et également en Europe ! Cette production, outre le fait qu’elle constitue une concurrence déloyale pour les acteurs engagés au sein de la filière, et particulièrement pour les entreprises certifiées, mène souvent directement à des cas flagrants de dégradation des forêts.

Nous notons qu’aujourd’hui l’importation de bois illégal en Europe fait brutalement son retour et vient causer des dommages sérieux à une industrie qui s’efforce, depuis plus de deux décennies, de progresser vers la gestion durable et la mise en avant du bois légal et du bois certifié.

Il faut que nous prenions garde, car c’est un retour en arrière que nous vivons qui met en danger notre secteur lequel constitue pourtant encore un rempart contre la déforestation.

Si le règlement Bois de l’Union Européenne est un outil essentiel pour lutter contre le commerce du bois illégal, force est de constater aujourd’hui que ce règlement est insuffisant pour contrecarrer les dérives de certains de ces acteurs qui opèrent dans l’illégalité en toute impunité. Le système de contrôle du RBUE ne fonctionne pas par manque de connaissances sur notre filière et manque majeur de moyens.

La commission marketing de l’ATIBT a sonné l’alerte en 2019, et à ce jour, rien n’indique que des mesures soient prises au niveau des autorités européennes pour enrayer le travail de ces sociétés que nous connaissons tous mais contre lesquelles rien n’est fait. Il faut en particulier collaborer davantage avec les douanes et les ports, et les sensibiliser contre ce fléau pourtant visible.

L’ATIBT ne peut pas établir de black list, mais l’ATIBT et les fédérations constituent en quelque sorte une « zone de sécurité ». Le bois illégal ébranle les règles du marché, met en péril les opérateurs certifiés et donne une image extrêmement négative de notre profession alors que de nombreux opérateurs exemplaires existent.

L’ATIBT et les fédérations ne peuvent agir au-delà de leurs prérogatives respectives, ces agissements relèvent du grand banditisme, c’est donc de la compétence d’INTERPOL et de l’UE.

Nous, les opérateurs professionnels, devons nous exprimer clairement et n’acheter que du bois certifié légal et/ou durable car c’est par les systèmes de certification que les importations seront fiables à 100% et assureront le futur de notre profession !

Nous appelons les autorités compétentes nationales à consolider fortement leur niveau de surveillance et surtout à cibler les sociétés connues qui importent le bois de provenance douteuse pour lutter plus efficacement contre le commerce du bois illégal.