Actualités  |  08.07.2022

« Le mahogany, pilier central de la forêt tropicale, a besoin de soutien »

Nous relayons ici un article écrit par la directrice exécutive de l’OIBT, Mme Sheam Satkuru, et publié dans la revue en ligne Mongabay, sur un arbre bien connu des forêts tropicales : le mahogany.

« Le mahogany, pilier central de la forêt tropicale, a besoin de soutien »

« Le mahogany est tout ce que l'on attend d'un arbre : grand et majestueux, avec des feuilles pouvant atteindre un demi-mètre de large qui projettent une ombre rafraîchissante sur le sol de la forêt. C'est un pilier imposant de nombreuses forêts tropicales, et même de plantations d'arbres aux Philippines, mais la valeur commerciale de son bois brun rougeâtre, réputé pour sa beauté et sa résistance, a eu raison de lui dans la nature.

Le mahogany à grandes feuilles, Swietenia macrophylla, se distingue dans ces forêts, non seulement par sa taille et sa valeur commerciale, mais aussi par son rôle dans les écosystèmes. L'espèce joue un rôle important dans les efforts de reboisement en Indonésie et dans le monde entier, élimine plus de dioxyde de carbone de l'atmosphère que de nombreuses autres espèces d'arbres et libère des composés organiques qui empêchent l'énergie thermique du soleil d'atteindre la surface de la terre, contribuant ainsi à la lutte contre le changement climatique.

Alors que les rapports continuent les uns après les autres de tirer la sonnette d'alarme, la déforestation tropicale occupe une place centrale dans le débat sur les responsables du changement climatique. Au Brésil, la déforestation de l'Amazonie a explosé au cours du premier trimestre 2022 après des années de croissance continue, et l'ensemble de la forêt se rapproche dangereusement d'un point de non-retour. Mais les forêts de toute l'Amérique centrale et du Sud, et du reste du monde, sont depuis longtemps menacées par l'expansion de l'agriculture et des exploitations minières, par d'autres utilisations des terres, et même par le crime organisé.

Pendant des siècles, le mahogany a été le bois de prédilection pour la fabrication de meubles et d'armoires. Ce bois a également été loué par les musiciens et les fabricants de guitares pour sa solidité et sa résistance aux changements d'humidité et de température.

Lorsque la prévalence naturelle du mahogany dans les forêts tropicales a été évaluée pour la dernière fois sur l'ensemble de son aire de répartition, en 1998, les biologistes ont classé l'arbre comme "vulnérable à l'extinction" - dans la même catégorie que les guépards et les ours polaires, des espèces emblématiques bien connues pour être menacées. Les projecteurs sont tournés vers ces grands animaux en voie de disparition, mais l’on oublie que les grands arbres aussi peuvent être menacés d’extinction.

L'évaluation de 1998 a révélé que le peuplement de mahogany avait été réduit à environ un tiers de son aire de répartition historique. Malgré le chevauchement apparent entre les endroits où la déforestation a fait des ravages et ceux où l'on trouvait historiquement cet arbre, comme le sud de l'Amazonie, le mahogany et un certain nombre d'autres arbres menacés n'ont pas fait l'objet d'une réévaluation complète.

Tous les grands sommets internationaux consacrées au changement climatique ont donné lieu à des discussions sur la façon dont la déforestation tropicale menace la biodiversité, mais aucun effort n'a été fait pour réévaluer les populations ou identifier les principaux peuplements restants d'espèces d'arbres menacées au niveau mondial.

L'un des endroits où nous savons que le mahogany a prospéré à l'état sauvage est la péninsule du Yucatan, où les communautés mayas dépendent de son bois pour leur subsistance. Ces communautés gèrent les forêts situées sur leurs terres de manière à ce que la récolte du bois ne modifie pas l'écosystème de manière irréversible.

Dans la région de Peten, au Guatemala, une étude soutenue par mon organisation (l’OIBT) a révélé que les concessions communautaires où des mahoganys ont été récoltés au milieu des années 2000 selon les principes de la gestion forestière durable récupèrent ou dépassent les densités et les volumes commerciaux initiaux pendant les cycles de coupe entre les récoltes successives.

En d'autres termes, les milieux forestiers se maintiennent dans le temps, ce qui contraste fortement avec le reste du pays, qui a perdu 34 % de sa couverture forestière au cours des deux dernières décennies. Mais il est difficile pour les petites communautés qui n'ont pas le pouvoir de commercialisation d'une multinationale, par exemple, de s'assurer que le bois récolté de cette manière est considéré comme provenant d'une source durable.

Aujourd'hui, avec un prix aussi durable que son bois, l'exploitation illégale du mahogany se poursuit en Amérique centrale et du Sud ; en revanche, la déforestation des forêts riches en mahogany a presque été éradiquée dans ces communautés.

Le mahogany n'est pas le seul arbre de valeur de la forêt tropicale, bien sûr. Une grande variété de bois de rose, tout aussi précieux, pousse dans les régions tropicales, et la plupart sont menacés. La demande incessante de ce bois, utilisé pour la fabrication de meubles haut de gamme et d'autres produits finis, exerce une pression commerciale extrême.

Le bois de l'ipé - qui comprend sept espèces en Amérique centrale et du Sud - est solide, résistant aux champignons et aux dommages causés par les insectes, et possède la même résistance au feu que le béton et l'acier. Certaines espèces d'ipé n'ont pas été surexploitées dans la même mesure que le mahogany et les palissandres, mais le défrichage de la forêt amazonienne a mis à mal d'autres espèces.

Un nombre croissant d'espèces d'arbres (dont le mahogany) sont inscrites à l'annexe II de la Convention sur le commerce international des espèces menacées d'extinction (CITES). Pour que ces espèces puissent être commercialisées, les pays doivent fournir des données montrant que le bois a été récolté légalement et que son commerce ne mettra pas davantage l'espèce en danger.

Nous devons mieux faire respecter les lois et les traités existants afin de prévenir l'exploitation illégale des forêts, mais nous devons également veiller à ce que le bois d'origine durable reste un élément essentiel des moyens de subsistance des communautés tributaires des forêts, comme celles du Yucatan. Un suivi vigilant des essences de bois précieuses permettrait de révéler les dégâts causés par deux décennies de déforestation et d'exploitation forestière illégale, et d'emprunter une voie qui préserve à la fois les espèces menacées et les précieuses forêts dans lesquelles elles poussent.

En définitive, l'économie doit jouer un rôle de premier plan si nous voulons inverser le cours de la déforestation tropicale. La conservation du bois de grande valeur et des autres produits forestiers sera plus efficace lorsque le commerce durable produira des rendements décents pour les propriétaires et les gestionnaires de forêts. C'est l'un des moyens les plus sûrs de réduire l'ampleur et les effets du changement climatique pour les générations à venir. »