Actualités  |  29.01.2021

Le Gabon veut devenir le leader du bois tropical transformé d’ici 2023

Le Gabon dévoile ses ambitions pour la filière bois à travers le « plan d’accélération de la transformation 2021-2023 ».

Le Gabon veut devenir le leader du bois tropical transformé d’ici 2023

Ce plan vise à accélérer la diversification de l’économie du Gabon. L'objectif du pays est de devenir le leader mondial du bois tropical transformé. « Nous sommes déjà le premier producteur de contreplaqué en Afrique. Nous pouvons être d’ici 2023 le champion du bois tropical transformé dans le monde », a indiqué la Première Ministre du Gabon, le 18 janvier dernier, en présentant cette stratégie de développement.

Selon la Première Ministre Rose Ossouka Raponda, le Gabon compte renforcer la production de bois pour y parvenir en lançant un grand programme de plantations d’eucalyptus, et en limitant les prélèvements sur ses forêts primaires.

Les autorités gabonaises prévoient également des réformes pour consolider le nombre d’exploitants forestiers. L’idée est d’avoir moins d'exploitants mais  mieux capitalisés tout en s'assurant qu'ils respectent les règles nationales et les normes de certification internationales. En somme, des exploitants forestiers capables d’investir et d’être responsables socialement vis-à-vis des communautés locales, en développant des concessions sur de plus grandes surfaces.

« Nous comptons faire jouer dans ce processus un rôle important à la Société nationale des bois du Gabon (SNBG) pour appuyer les exploitants forestiers gabonais », souligne la Première Ministre.

Selon le journal le « Nouveau Gabon » fin septembre 2020, la production des bois ouvrés s’est située à 870 410 m3 et la production des unités industrielles de contreplaqué a progressé de près de 27%, pour se situer à 37 358 m3 au cours de la même période. Les autorités misent sur la filière bois pour la diversification de l’économie du pays et la mobilisation des recettes budgétaires.

Il est prévu d’ici cinq ans, la création de 50 000 nouveaux emplois  dans cette filière qui s’impose déjà comme l’une des plus grandes pourvoyeuses d’emplois dans le pays.

À cet effet, plusieurs collaborations sont en cours avec la Banque mondiale et la Banque Africaine de Développement pour créer et réhabiliter des centres de formation professionnelle technique, que ce soit à Libreville et la GSEZ de Nkok, ou à l’intérieur du pays.