Actualités  |  05.11.2021

L'ETTF réagit au sujet du nouveau projet de l'UE sur les matières premières sans déforestation

Le mercredi 27 octobre, les membres de l'ETTF (Fédération européenne du commerce du bois) se sont réunis en ligne au sujet du nouveau règlement de l'Union Européenne sur les matières premières "sans déforestation". Après de nombreux échanges d'idées, les participants présents ont rédigé une lettre en réaction à ce projet, qu'ils ont adressée ensuite à la Commission européenne ainsi qu'à la CEI-Bois afin qu'ils la transmettre aux canaux appropriés à Bruxelles.

L'ETTF réagit au sujet du nouveau projet de l'UE sur les matières premières sans déforestation

Nouveau projet de l'UE sur les matières premières sans déforestation

L'ETTF, intensivement impliquée dans la discussion autour du nouveau règlement sur les chaînes d'approvisionnement sans déforestation, souligne dans ce courrier, que depuis l'entrée en vigueur du RBUE , le commerce européen du bois a acquis une solide expérience dans la fourniture de services de diligence raisonnée lors de l'importation de bois sur le marché intérieur. L'ETTF indique qu'elle soutient les objectifs du nouveau règlement et qu'elle est confiante quant à sa parution.

Néanmoins, à travers sa lettre, la fédération européenne a souhaité soumettre quelques commentaires et suggestions, afin qu'ils soient pris en compte lors de l'évaluation de la proposition de nouvelle législation. Parmi eux, la fédération met en avant certains points importants tels que :

  • La prise en considération des certificats de durabilité (FSC ® et PEFC) qui doivent également jouer un rôle important dans la nouvelle réglementation. Les certificats de tierces parties doivent rester un outil important dans le processus de diligence raisonnée.
  • La reformulation de la définition de la "dégradation des forêts". Celle-ci doit être plus claire pour permettre aux importateurs d'en tenir compte dans le cadre de leur diligence raisonnée.
  • La définition et la spécification des "pays à haut risque ou à faible risque", plus concrètes et  basées sur des critères transparents.
  • Le renforcement, avec la nouvelle législation, des structures ayant mis en place un système complet de diligence raisonnée au cours des dernières années (états membres, associations nationales  de commerce du bois, prestataires de services)  car elles constituent l'épine dorsale de la diligence raisonnable pour les importateurs.

Lire la lettre